LA NUIT DE L’INSTANT / Julie Aybes – Edwin Fauthoux-Kresser – Marine Lanier – le 19 avril 2014

Nuit-de-l-instant-2014 

 

SÉLECTION PRIX NUIT DE L’INSTANT

MIDI – MINUIT / Le Panier – MARSEILLE

Suite à l’appel à participation international vous découvrirez dix-sept artistes, jeunes ou confirmés, venus d’horizons différents. Cette année le prix de La Nuit de l’Instant, doté de 1 500 euros, récompensera une œuvre et un artiste. Tout au long du parcours, le public pourra participer au vote en désignant l’œuvre la plus marquante !

Artistes présentés

Gérald Assouline, Julie Aybes, Pierre-Gilles Chaussonnet, Amandine Crozat,
Maya de Mondragon, Éléonore False, Edwin Fauthoux-Kresser, Frédéric Gillet,
Florent Konné, Marine Lanier, Mehryl Levisse, Paul-Emmanuel Odin,
Catherine Radosa, Anna-Lena Tsutsui, Marc Buchy, Sophie Mei Dalby, Kasia Ozga.

 

Galerie Hors les Murs • 20, rue Saint Antoine
Julie Aybes
Comment entendre le vent hurler dans les arbres entre, 10’, 2013.

image

Je parcours le monde en étant attentive à ce qui survient, à ce qui surgit : errance dans les paysages, et ce qui m’arrive du monde — des livres, des émissions de radio, des paroles, du théâtre, des images, du vent. J’aimerais provoquer des expériences sensibles c’est-à-dire qui mettent en éveil les sens, les perceptions, y compris l’intuition ; et ce qui nous advient : l’imaginaire, les réminiscences, les songes… Je cherche à donner à voir une image du monde qui ne soit pas rassurante, ni confortable, qui laisse place à l’inquiétude, qui pousse à la vigilance, à l’attention pour ce qu’on entend, ce qu’on voit du monde.
Quelque chose qui serait d’un registre qu’on aurait du mal à dire autrement que comme ça.
Quelque chose que je propose en partage, en pariant sur l’idée que le seul endroit où espérer rencontrer l’autre dans son altérité c’est dans un entre-deux, à inventer, et où s’invente un langage qui ne peut-être que poétique.

 

Galerie Hors les Murs • 20, rue Saint Antoine
Edwin Fauthoux-Kresser
La perte du Danube, 20’, 2013. Performances à 14h00, 16h00, 21h30 et 23h15.

image

Edwin Fauthoux-Kresser est parti du constat déstabilisant de la perte du fleuve du Danube en Allemagne. Afin de mieux comprendre cette curieuse disparition qui a lieu pendant la moitié de l’année, il se renseigne sur sa topologie tout en jouant sur la polysémie des termes de cette énigme spatiale: «C’est ici, dans les premières encablures de son parcours, entre ces deux villages, que le Danube disparaît.» Les méandres de la perte du Danube servent de trame à une épique navigation sur internet. Edwin Fauthoux-Kresser recompose une histoire hydrologique dont les heureuses trouvailles croisées en cours d’errance sont aussi importantes que les liens entre elles. Dans cette recherche autant géologique que sémantique, Edwin Fauthoux-Kresser associe à la porosité des roches et à la versatilité des eaux «l’extrême friabilité des images» et leur fragiles «relations entre elles». Gwenola Wagon


Backside Gallery96, rue de l’Évêché
Marine Lanier
La vie dangereuse, 5’, 2013.

image

Le titre La Vie dangereuse est emprunté à l’œuvre éponyme de Blaise Cendrars. La série poursuit de manière arbitraire le rythme même du parcours d’aventurier de l’écrivain – l’espace littéraire ici lié aux césures géographiques, la déliquescence du sauvage tenue aux soubresauts de la mémoire.
Le propos n’est pas d’illustrer la nouvelle J’ai saigné, mais de faire se rencontrer la fiction et l’autobiographie créant de ce fait une géographie blanche logée en creux d’une temporalité trouble.

 

En savoir plus ::

PROGRAMMATION COMPLÈTE – LIEUX – PARTENAIRES >>> lanuitdelinstant.tumblr.com

>>>  Julie Aybes

>>> Edwin Fauthoux-Kresser

>>> Marine Lanier

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.